Ophélie la noire angora, mon premier bébé

Ophélie, tu as fait partie de ma vie pendant plus de 14 ans, d’octobre 1978 à mai 1993 ! Il est donc impossible de résumer en un seul chapitre tout ce que nous avons partagé. De tous les chats de ma vie, tu es l’un de ceux qui ont le plus compté. Sous ton air de panthère noire angora, tu étais d’une sensibilité et d’une gentillesse extraordinaire, consolant mes pleurs quand j’étais triste pour une rupture ou une déception, supportant les turbulences de mes enfants sans jamais montrer le moindre signe d’impatience ou d’agressivité.

On dit que les chats sont des animaux territoriaux, tu m’as prouvé le contraire. En effet, tu m’as suivie dans cinq appartements successifs, non pas parce que j’avais la bougeotte mais parce que tu as partagé ma vie de femme récemment séparée, ayant quitté le domicile conjugal pour un minuscule studio de transition , puis tu m’as suivie dans un deux-pièces de célibataire pour finir ta vie, près de quinze ans plus tard, dans un grand duplex de six pièces, au fur et à mesure de l’accroissement de la taille de notre famille.

Si, en effet, tu as été mon premier bébé après la séparation d’avec mon mari qui exigeait de garder Cachou, tu as vu successivement naître chacun de mes quatre enfants, de 1984 à 1991.

Impossible de résumer en un seul chapitre notre “vie commune”. Je vais donc te consacrer trois chapitres correspondant chacun à une étape de ta vie : jeune chatte très turbulente de célibataire, chatte dans la force de l’âge, très entourée et je pense très heureuse au sein de notre famille où tu bénéficiais en quelque sorte du privilège d’aînée, puis enfin chatte vieillissante dont le départ a brisé mon coeur et celui de mes enfants. Il nous aura fallu en effet près d’un an après que tu nous aies quittés, pour envisager, sinon de te remplacer car rien ne remplace un chat aimé, mais de repartir pour une nouvelle tranche de vie avec un autre chat.

  1. Ophélie jeune chatte très turbulente dans ma vie de célibataire (1978- 1982)
  2. Ophélie aînée de notre famille (1984-1991)
  3. Notre tristesse à tous au départ d’Ophélie (1992-1993)